Expérience "Ephata" à Niangon.

Partir toute seule pour un long voyage m’a donné à la fois beaucoup d’énergie, mais aussi a fait naître en moi un sentiment d’angoisse, parce que je suis habituée à la vie communautaire.

Au cours de ce long voyage de Séoul en Côte d’Ivoire, en passant par Canton (Chine) et Addis Abeba (Ethiopie), j’ai pu observer différentes manières de vivre.

À l’arrivée à Abidjan, j’étais étonnée de voir une nuée de voitures sur la chaussée et la vitalité des gens au milieu de cette circulation. J’étais heureuse de passer un temps avec les trois soeurs de la communauté et Soeur Francisca PARK retenue à Abidjan à cause de la rébellion des militaires à Bouaké.

Pendant trois semaines, j’ai suivi les cours de pâtisserie, couture et alphabétisation avec les élèves. Bien entendu, les cours sont donnés en français, si bien que je ne les ai pas compris. Cependant, j’ai mesuré la valeur de la vie des élèves en les rencontrant : une femme musulmane qui vient de loin en taxi pour apprendre la couture, un jeune homme handicapé d’une jambe, une coiffeuse qui vient les lundi, mardi et mercredi… Quelle ardeur !

J’étais particulièrement étonnée de voir la ferveur des croyants de la paroisse Saint Pierre et touchée par la relation chaleureuse entre les prêtres et les sœurs. 

Je me suis réjouie en voyant des photos de Soeur Angéline qui a vécu en Corée. Sentir sa présence dans un pays lointain a éveillé en moi certains sentiments. J'ai mesuré l'engagement de Soeur Evona dans sa mission en Côte d'Ivoire et  celui de Soeur Agnès Pompermaier en Corée.

Malgré des difficultés causées par le climat et la nourriture si différents, je voudrais exprimer mes remerciements pour l’accueil si chaleureux de nos soeurs et de tous les Africains rencontrés. Je remercie Dieu et la Congrégation pour cette riche expérience.

                                                                               Soeur Marie-Madeleine