Un tour du monde en 2 jours … La vie en P/R vue à partir de la culture

 

 

Un voyage en Afrique

La Côte d’Ivoire et la République démocratique du Congo sont marquées aujourd’hui par des problèmes politiques, liés à la volonté des dirigeants de rester au pouvoir.

En Afrique, nos 34 sœurs vivent dans 8 communautés dont 5 au Congo Elles sont engagées dans l’enseignement, le social, la pastorale. Dans le cadre culturel, sœur Franciska, régionale, relève quelques accents liés à la culture africaine qui sont des freins ou des chances pour la vie religieuse : le droit d’aînesse est lié à l’autorité ; il est difficile d’obéir à des plus jeunes…la chasteté est vécue comme une valeur…l’obéissance va de soi, elle ne se discute pas…la pauvreté est liée à la solidarité, ce qui entraîne une responsabilité d’aide à la famille…et la gestion financière n’est pas une pratique africaine.

D’autres défis viennent aujourd’hui de la modernité : l’usage abusif des nouvelles technologies d’information et de communication s’installe aussi dans les communautés.

 

Un voyage en Corée et au Cambodge

La Corée, avec 98 sœurs et une moyenne d’âge de 54 ans est confrontée à une diminution rapide des vocations et amorce une étape de vieillissement. Nos Sœurs coréennes restent présentes dans de nombreux secteurs de mission : pastorale, enseignement, santé, social . Un des défis à relever aujourd’hui est celui de la vie communautaire. Une recherche de nouvelle culture pour « le vivre ensemble » est en chantier. Une danse sur le tissage illustrait les différents aspects du « vivre-ensemble ».

La Province de Corée peut compter sur de nombreux laïcs associés engagés.

Le Cambodge est un pays pauvre de l’Asie du Sud-Est. Suite à une guerre civile très meurtrière, les bombes et les mines ont handicapé des milliers de personnes. C’est pourquoi le symbole de l’Eglise catholique est « Le Christ handicapé (sans pieds) ».Aujourd’hui, nos sœurs coréennes implantées à Pursat, 4ème ville du pays, forment une petite communauté qui prend en charge un jardin d’enfants, un centre d’éducation et un centre de soutien scolaire aux enfants. Les sœurs sont aidées ponctuellement par de nombreux bénévoles, notamment coréens, pour aider les plus pauvres de cette région.

 

Nous quittons l’Asie pour le Chili où 6 sœurs vivent dans deux communautés. Toutes sont engagées avec des laïcs dans l’accompagnement des communautés de base (jeunes, malades, personnes âgées) , dans la formation et l’éducation, dans la pastorale des migrants.

Chaque paroisse comporte des communautés de base où les chrétiens se rassemblent pour la prière et le partage. L’Eglise se situe du côté des immigrés, de la justice et de la solidarité avec les plus pauvres. Mais c’est aussi une Eglise entachée par les problèmes sexuels du clergé et de religieux. Après la visite du Pape François qui a permis de clarifier ces problèmes, les sœurs, avec les laïcs, abordent ces questions avec lucidité et se tournent ensemble vers l’avenir avec confiance et espoir.

 

Retour en Europe

La Province d’Europe compte 209 sœurs dont 108  en maison de retraite avec une moyenne d’âge de 83 ans. Les cultures dans les 3 pays diffèrent ,mais nous sommes toutes européennes. La Province a avancé en unité : les personnes et l’argent circulent. Mais la culture est marquée par de nombreuses  tensions : entre générations, entre autochtones et nouveaux arrivants…Un tournant apparaît aussi au niveau religieux : la pratique religieuse ayant fortement diminué et l’Islam ayant augmenté, les chrétiens se sentent de plus en plus marginalisés.

 

Quelques défis actuels :

- pour réussir dans la société, il faut être « beau, jeune et dynamique » !et nous somme vieilles !

- Comme beaucoup de personnes âgées, de nombreuses sœurs ressentent la fracture numérique. Avec Internet, nous sommes en permanence insérés dans un réseau mondial de communication. Mais beaucoup de sœurs se sentent déconnectées.

- Dans nos pays, nous vivons aussi une grande diversité culturelle suite à de nombreuses vagues successives de migrations. L’écart entre riches et pauvres s’accentue. Les sœurs travaillent avec des associations au service des migrants et des pauvres

- Les valeurs d’autonomie et de liberté sont parfois comprises comme relevant de la vie privée au détriment du bien commun. Cette évolution change aussi notre rapport à l’autorité.

Aujourd’hui, nos institutions sont gérées par un conseil d’administration composé de laïcs et de sœurs.

-    Un certain nombre de communautés sont aussi attentives à l’aspect écologique.

Des questions d’avenir se posent , par exemple : l’accompagnement des sœurs dans l’étape de vieillissement, la vie communautaire avec des personnes âgées et moins âgées ; la transmission de l’esprit de la Doctrine dans nos institutions.